Le centre d’éducation et de formation pour la femme Bni Makada Kdima, une opportunité d’autonomisation économique des femmes

Tanger: l’unité d’hémodialyse de “Bir Chifa” rapproche les soins des patients insuffisants rénaux
2 décembre 2020
Tanger-Assilah: L’INDH accorde une attention particulière à l’enseignement préscolaire
9 février 2021

Tanger, 07/12/2020 (MAP), Au quartier populaire de Bni Makada Kdima à Tanger, l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) a mis en place un projet visant à réaliser les aspirations des femmes et des jeunes filles à plus d’autonomisation économique et de formation afin de s’engager à l’avenir dans des activités génératrices de revenus autonomes. Il s’agit du « centre d’éducation et de formation pour la femme », le deuxième du genre à Tanger après celui situé au quartier Mghogha Kbira, qui constitue une autre opportunité ouvrant de larges horizons aux bénéficiaires, qu’il s’agisse de femmes en situation de vulnérabilité ou de filles qui ont abandonné leur scolarité, pour intégrer le marché du travail ou encore lancer des projets autonomes, et ce pour améliorer leur situation économique, professionnelle et sociale.

Ce centre, dont la construction et l’équipement ont nécessité une enveloppe budgétaire de plus de 4,7 millions de dirhams dans le cadre du programme « Tanger Métropole », s’étend sur deux étages et comprend des ateliers professionnels pour former les stagiaires aux techniques et arts de la pâtisserie, la coiffure et l’esthétique, la broderie traditionnelle et moderne, la coupe et couture, outre l’informatique, ainsi qu’une salle de réunion, une salle de sport et un espace d’écoute et d’orientation.

Il entend ainsi prendre en charge les différentes questions des femmes, en particulier celles en situation de vulnérabilité, et renforcer leurs capacités et leurs compétences pour devenir un élément actif dans la société, en plus de fournir un espace approprié pour la pratique du sport, et une salle de soutien psychologique, d’écoute et d’orientation.
Dans une déclaration à la MAP, la responsable de communication à la division de l’action sociale de la préfecture de Tanger-Assilah, Meriem Gharnati, a souligné que ce centre, construit dans le cadre de l’INDH, vise à renforcer les capacités des femmes en situation difficile et leur permettre d’acquérir des compétences, à même de les aider à assurer leur autonomisation économique.

Pour réaliser cet objectif, l’INDH, l’Entraide nationale, l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) et l’Association « Al Amane Bni Makada Kdima » ont conjugué leurs efforts pour dispenser des formations diplômantes aux bénéficiaires, en vue de faciliter leur insertion sur le marché du travail.

Cette structure, inaugurée officiellement en octobre 2019, commence à connaitre une forte affluence de filles et de femmes issues des quartiers voisins, a indiqué la responsable du Centre, Touria Benbrahim, notant que le centre a accueilli plus de 130 bénéficiaires au cours de sa 1ère année de fonctionnement, avant que le nombre ne baisse à environ 90 bénéficiaires cette année, en raison de la pandémie de la Covid-19.

Le nombre de femmes inscrites au centre a de nouveau augmenté après le déconfinement, a précisé Mme Benbrahim, qui a affirmé que l’administration du centre veille strictement au respect des mesures préventives et des dispositions sanitaires adoptées, telles que la désinfection des mains et des lieux, l’obligation du port du masque et le respect de la distanciation sociale, afin de limiter la propagation de la pandémie.

Elle a relevé que des encadrantes hautement qualifiées s’emploient à dispenser une formation professionnelle de qualité au profit des bénéficiaires dans les filières de la broderie à la main et avec la machine à coudre, la pâtisserie, l’informatique, la coiffure et l’esthétique, faisant savoir que le centre comprend également des ateliers d’informatique, de sport et d’alphabétisation.

Zineb, l’une des bénéficiaires de l’atelier de broderie, a souligné qu’elle a appris « beaucoup de choses » grâce à la formation qu’elle suit au centre, et qu’elle aspire à lancer un projet personnel de couture, broderie et de location de vêtements à l’avenir, grâce au soutien de l’INDH.

Pour sa part, Roumayssae a indiqué qu’elle était venue au centre après avoir quitté les bancs de l’école, pour des raisons personnelles, aspirant à apprendre la broderie « Randa », dans l’espoir de se lancer dans une activité génératrice de revenus dans l’avenir.

Le centre aspire à devenir un modèle pour le développement des capacités des femmes dans les quartiers vulnérables, qui constitue l’un des objectifs majeurs de l’INDH, notamment en matière de qualification de l’élément humain et de soutien aux activités génératrices de revenus.