Tanger-Assilah: L’INDH accorde une attention particulière à l’enseignement préscolaire

Le centre d’éducation et de formation pour la femme Bni Makada Kdima, une opportunité d’autonomisation économique des femmes
27 janvier 2021
Concours d’idées
11 février 2021

Tanger 24 janvier 2021 (MAP), L’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) accorde une attention particulière à l’enseignement préscolaire au niveau de la préfecture de Tanger-Assilah, reflétée par les nombreux projets réalisés dans ce sens.

En effet, dans le cadre de la troisième phase de l’INDH, 10 unités d’enseignement préscolaire ont été construites et équipées dans les communes de Aouama, Hjar Nhal, Sidi Lyamani, Had Al Gharbia, Aquouass Briech, Sebt Zinat, Dar Chaoui et Sahel Chamali, tout en apportant un appui à la gestion de ces unités.

Ces unités comprennent 23 classes avec une capacité d’accueil de 30 enfants par classe répartis en deux groupes, un groupe de petite section pour les enfants âgés entre 4 et 5 ans et un groupe de grande section pour les enfants âgés entre 5 et 6 ans.

Par ailleurs, durant l’année 2020, deux unités préscolaires ont été construites dans les communes de Had Al Gharbia et Sebt Zinat avec une capacité d’accueil de 60 enfants, tandis que 10 autres unités ont été programmées au titre de l’année 2021 afin de pallier au déficit relevé en milieu rural.

La Fondation marocaine pour la promotion de l’enseignement préscolaire (FMPS) a été chargée, dans ce sens, de la gestion de ces unités de préscolaire et ce conformément au principe de bonne gouvernance et d’approche participative sur lequel repose la Phase III de l’INDH.

“Dans le cadre d’un partenariat entre l’INDH et la FMPS, la fondation a été chargée de la gestion de 12 unités d’enseignement préscolaire, comprenant 25 classes et 550 enfants, dont 287 filles”, a indiqué la responsable provinciale de la FMPS à Tanger-Assilah, Hanae Mansour.

Conformément à la convention de partenariat liant la Fondation et l’INDH, la FMPS s’occupe de la sélection et la formation des éducatrices, tout en garantissant les outils didactiques et l’ensemble des fournitures nécessaires à l’enseignement préscolaire, a expliqué Mme Mansour dans une déclaration à la MAP.

La généralisation de ces unités d’enseignement préscolaire au niveau des communes relevant de la préfecture de Tanger-Assilah, qui s’inscrit dans le cadre du programme d’impulsion du capital humain des générations montantes de l’INDH, permet aux enfants d’acquérir, dès un jeune âge, un ensemble d’aptitudes psychologiques et de capacités cognitives.

C’est ce que confirme Aicha Kassimi, mère d’une petite fille, Marwa, inscrite en grande section à l’unité d’enseignement préscolaire située au douar Gouaret Mchaala, relevant de la commune de Aouama.
“Ma fille est très contente de se rendre en classe car elle apprend nombre d’activités manuelles et de chants pour enfants”, a confié Mme Kassimi avec joie, expliquant qu’avec l’apprentissage qu’elle reçoit et le contact avec d’autres enfants de son âge, sa fille est nettement plus épanouie.

Même son de cloche pour Abdelmohssin Sediki, qui a vu les aptitudes psychologiques de son fils s’améliorer depuis son inscription en enseignement préscolaire, et qui est confiant que les capacités acquises par les enfants durant ces deux années leur permettront une meilleure intégration en enseignement primaire.
S’agissant du transport scolaire, 9 bus ont été acquis durant les années 2019 et 2020, dont 2 en faveur de la commune de Sidi Lyamani, 2 pour la commune de Had Al Gharbia, et un bus au profit de chacune des communes de Sebt Zinat, Sahel Chamali, Hjar Nhal, Aouama et Gueznaia, ce qui a permis de lutter contre la déperdition scolaire.
En outre, une enveloppe budgétaire de 350.000 dirhams a été allouée à la mise à niveau de Dar Talib située au sein de la commune de Sidi Lyamani, et ce afin de garantir de meilleures conditions aux élèves résidentes, et de ce fait améliorer leur performance scolaire.

Ces différents projets témoignent de l’intérêt que porte l’INDH au secteur de l’éducation, notamment à la généralisation de l’enseignement préscolaire, et ce dans le but de faciliter l’épanouissement physique, cognitif et affectif des enfants, tout en développant leur autonomie et leur socialisation.